Mode d'enclenchement d'une lampe
à éclat
 
L'éclair d'une lampe à éclat est produit par la décharge d'un condensateur d'accumulation. 
Cet éclair est lui même commandé par une brève impulsion de très haute tension. 
Celle-ci est obtenue par un condensateur de décharge par l'intermédiaire d'un transformateur
à induction. 
La figure 1 résume le fonctionnement.

 

Les condensateurs C1 et C2 sont chargés.
La tension aux bornes de C2 est insuffisante (environ 300 V) pour provoquer l'ionisation du gaz enfermé dans le tube Lorsque K1 se ferme, C1 se 
décharge dans le primaire du transformateur provoquant une brève impulsion. On retrouve au secondaire fortement amplifiée en tension (plusieurs milliers volts).
Cette haute tension amorce l'ionisation du tube, et C2 se décharge dans le tube en formant un éclair.
L'interrupteur K1 est un thyristor, figure 2, avec ce thyristor on peut déclencher un flash à l'aide d'une impulsion électrique.
Lorsque le thyristor reçoit l'impulsion il se comporte comme un contact fermé.
La capacité C1 se décharge complètement dans P et lorsque la tension aux bornes du thyristor est très faible, T1 se désamorce et ouvre le circuit.
L'impulsion électrique provient d'un microcontrôleur PIC16F84
 
CALCUL DE LA PUISSANCE DE 
L'ECLAIR
 
L'énergie de l'éclair provient de la capacité C2. En connaissant C2 et 
V2 (la tension aux bornes de C2) on la calcule par la formule:
                                  1
                       J = -------- C V²
                                  2
La lampe admet un éclair de 40 joules. 
Lorsqu'on fonctionne en stroboscope il faut aussi regarder la puissance 
moyenne que peut dissiper la lampe.
Pour une lampe de 40 joules, on peut compter 4 Watts. c'est-à-dire que si 
l'on fait un éclair de 40 joules il faut 10 secondes.
                        J          40
               T = ------- = ------- = 10 secondes
                      W         4
10 secondes de refroidissement avant qu'un autre éclair se produise.
Lorsqu'on a une fréquence de 2 Hz l'énergie de chaque éclair devra être
de:
                             1
                tw = j = ----- 4 = 2 J
                             2
(t étant le temps entre chaque éclair).
Si C2 est chargé à 350 volts:
                           2 X 2
                C2 = ------------ = 33 µF
                            350²
Compte tenue du temps entre chaque double flash la valeur de C2 est de 47 µF
Schéma définitif figure 3.

Le tube à éclat et le transformateur d'impulsion sont enfermés dans le même boîtier et porte la référence
P/N A625 chez AIRCRAFT SPRUCE.

Photo du Strobe P/N A625.

 

CARTE A MICROCONTROLEUR

Le schéma est visible à la figure 4. Le quartz et les condensateurs de 22pF cadence le tout, la 4K7
RESET le micro à la mise sous tension. La sélection du mode de fonctionnement se fait avec les
 4 interrupteurs S0 à S3.

La carte micro PIC16F84.

Le convertisseur 12/300 volts

Les Connecteurs utilisés pour la liaison entre les lampes et la carte microcontrôleur. Voir chez Sélectronic à Lille

La carte Mono Strobe et le convertisseur 12/300 volts

Le strobe à été bricolé à partir d’une lampe à éclats de 40 joules, la bobine de déclenchement est soudée directement sous la lampe.

Tous les fichiers nécessaires à la réalisation des anti-collisions sont téléchargeables sur ce site.  

Retour